Une cuisine verte qui vous sauve la vie

Une cuisine verte qui vous sauve la vie

Une cuisine verte qui vous sauve la vie

Bien manger, c’est se faire plaisir. C’est aussi entretenir son capital santé et se faire du bien. Ce que nous mangeons détermine grandement notre état de santé et notre vie en général. Une alimentation saine et équilibrée permet de mieux vivre et contribue à notre bien-être.

Cela passe par l’adoption de bonne habitudes alimentaires, mais pas seulement. Une cuisine verte, cela implique également de choisir sa nourriture avec soin, de privilégier les produits frais et de saison, de veiller à ce que les apports soient variés et équilibrés, de privilégier les modes de cuisson sains et de réduire, voire de bannir, ceux qui le sont moins, ainsi que d’opter pour des ustensiles de cuisine sans danger et adaptés.

Une cuisine verte, celle permettant de favoriser notre santé tout en nous procurant du plaisir, s’apparente à une véritable philosophie de vie et s’inscrit dans une démarche globale de santé et de bien-être, au même titre qu’une activité physique régulière.

Les fruits et légumes à la base d’une alimentation saine et équilibrée

Une alimentation saine et équilibrée passe forcément par l’intégration de fruits et de légumes frais dans nos menus quotidiens. Cela semble peut-être évident, mais il n’est jamais inutile de le rappeler, tant le rôle de ces produits est prépondérant.

La figue, par exemple, figure parmi les fruits les plus riches en calcium, avec des teneurs pouvant atteindre les 120 mg par 100 grammes. Le cresson fait encore plus fort dans ce domaine, avec une teneur moyenne de 180 mg par 100 grammes.

La banane se distingue, quant à elle, par sa richesse en magnésium, notamment lorsqu’elle est consommée séchée. Pour leur part, l’ail, le poireau et l’oignon sont d’excellentes sources de soufre, tandis que l’avocat et l’artichaut apportent des teneurs appréciables en zinc.

L’endive et le poireau sont connus pour leurs apports généreux en sélénium, offrant respectivement 0,012 et 0,012 mg pour 100 grammes.

En ce qui concerne le cobalt, un atome de la vitamine B12 contribuant à la fabrication de globules rouges et à la transformation des acides aminés provenant des aliments, l’abricot et la poire constituent des sources de premier ordre.

Il ne s’agit là que d’un bref aperçu de tout ce que les fruits et légumes peuvent offrir comme palette de nutriments essentiels à notre bien-être et notre santé.

A leurs côtés, les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots, flageolets…), les céréales, les oléagineux (amandes, noix…), les huiles végétales et les laitages viennent compléter les apports nutritifs. Pour les personnes souffrant d’intolérances, telles que celles au gluten (maladie cœliaque) et au lactose, des alternatives existent. Des produits dépourvus de gluten sont proposés sur le marché, notamment dans les commerces bio. Il en est de même pour les produits garantis sans lactose, comme les laits, yaourts et fromages délactosés. Autrement dit, le lactose est déjà hydrolysé dans ces produits spécifiques.

Privilégier les produits de saison

Une cuisine verte implique aussi de suivre et de respecter les cycles de la nature. En d’autres termes, il s’agit de consommer les fruits et légumes selon leurs saisons respectives, et ce, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, leurs apports naturels correspondent à nos besoins saisonniers. En hiver, lorsque notre système immunitaire a besoin d’un coup de pouce, les fruits et légumes riches en vitamine C, notamment les agrumes, arrivent à point nommé. Idem pour la saison estivale, durant laquelle nous avons grand besoin de réhydrater et de reminéraliser notre organisme. Les melons, pastèques et autres tomates gorgés d’eau tombent, eux aussi, à pic.

et qui accélèrent le vieillissement cellulaire. Plus les fruits et légumes sont frais et plus ils sont riches en ces fameux antioxydants.

Les fruits et légumes de saison ont également davantage de goût. Celui-ci est en effet altéré par l’ensemble des traitements que subissent les produits lorsqu’ils sont hors saison et doivent donc être acheminés depuis des pays de production lointains (transport, pesticides, conservateurs, etc.).

Autre motif et non des moindres, le prix ; les fruits et légumes de saison sont effectivement moins chers. Les coûts liés au transport et au traitement des produits hors saison sont souvent répercutés sur leur prix de vente.

Il serait donc dommage de se priver de tous les bienfaits que procurent les fruits et légumes de saison.

Les modes de cuisson ont un impact sur ce que nous mangeons

Il ne suffit pas de choisir les bons aliments pour se nourrir de manière saine. Le mode de cuisson représente, lui aussi, un élément déterminant de la qualité de ce que nous mangeons.

Les apports nutritionnels peuvent être préservés au maximum lorsque l’on privilégie les modes de cuisson doux et préférablement courts. Il s’agit notamment des cuissons à la vapeur ou à l’étouffée. Les basses températures et le besoin réduit en matières grasses pour la cuisson sont autant de garanties de préparations saines.

Au contraire, les barbecues sont à éviter. Appréciées pour leur caractère convivial et le fait qu’elles soient associées au soleil et au plein air, les grillades de viandes, saucisses et autres charcuteries ne sont pas sans effets néfastes sur notre santé. Les aliments carnés cuits à haute température (plus de 300°C) produisent des substances chimiques potentiellement cancérigènes. Sans oublier que le fumée émanant du barbecue contient du monoxyde de carbone qu’il est dangereux d’inhaler.

Le choix des ustensiles de cuisine revêt une importance tout aussi grande quant à la qualité de notre alimentation. Il est ainsi recommandé de préférer les matériels en fonte naturelle, à base de céramique, en grès ou en verre, aux ustensiles en téflon qui sont susceptibles de générer des gaz toxiques à partir de 250°C/260°.

Des sujets qui vous intéressent