Obésité infantile

Obésité infantile

Obésité infantile

Un phénomène qui se répand à grande vitesse, l’obésité infantile avance doucement dans notre société, doucement mais surement. C’est d’abord le ventre qui dépasse, ensuite c’est « Maman je suis fatigué je ne peux pas monter les escaliers ». Et le surpoids s’installe peu à peu sans qu’on s’en rende compte.

L’obésité infantile

Il faut savoir que l’obésité est considérée par l’OMS comme une épidémie. L’obésité peut apparaître dès 2 ans, des bébés très mignons mais qui sont en réalité en surpoids. L’obésité s’installe surtout à partir de 7ans, et bien entendu à l’adolescence. Aujourd’hui on pense qu’environ le un quart des enfants serait en surpoids. Ce qui est important à noter c’est le rythme d’évolution de ce pourcentage, vers les années 60 on était environ à 3% des enfants, cela grimpe à 5% quelques années plu tard, cela double au bout de dix ans, et ca continue de grimper.

Voilà qui est véritablement alarmant. Que fait-on contre ce fléau des temps modernes et qui est causé en bonne partie par nos comportements alimentaires, sinon notre hygiène de vie globale ? Que font les pouvoirs publics mis à part construire des hôpitaux et ouvrir des services spécialisés ? En d’autres termes, quand est ce qu’on traitera le mal à la source en s’attaquant à la vraie source du mal et en changeant nos comportements ?

Une hygiène de vie globale à remettre en question

Le premier responsable du fléau de l’obésité infantile, c’est le régime alimentaire. On mange très mal. Le pire c’est que cela se passe dans l’indifférence totale, on dirait que la chose est anodine. Or elle ne l’est pas du tout. Le mode de vie est le deuxième responsable. La sédentarité renforce les effets néfastes d’une alimentation malsaine. On peut faire des écarts en matière de gras ou de sucre, mais quand on fait du sport régulièrement, il est rare que l’on garde les effets nocifs de ces écarts.

Le problème est donc que nous sommes dans une société de plus en plus sédentaire. Nos enfants regardent la télévision pendant des heures, jouent sinon aux jeux vidéos, et enfin, naviguent sur internet. Un tel mode de vie, ne nécessiterait qu’une petite quantité de calories, or ces enfants consomment viande, frites et soda, chips et pâtisseries, des quantités pharamineuses de calories dont le corps ne sait quoi faire. Il va les stocker. C’est tout simple.

 Prévenir est toujours meilleur que guérir

Il faut savoir qu’environ deux tiers des enfants en surpoids ou obèses, le resteront à l’âge adulte. L’addiction au sucre elle, commence très tôt, et plus l’enfant est habitué jeune à consommer des aliments sucrés, plus il lui sera difficile à l’âge adulte d’arrêter de consommer sucré. Les parents portent donc une grande responsabilité en matière d’éducation alimentaire. L’enfant apprend à manger à la maison, s’il mange déjà très gras et très sucré à la maison, c’est mal parti. Car à l’extérieur, il sera envahi par une offre alimentaire résolument axée sur le gras (le mauvais gras notamment) et le sucre. Ainsi, à défaut d’une bonne éducation alimentaire à la maison, l’enfant démarre sa vie avec de mauvais repères.

Faites donc la cuisine et limitez l’alimentation industrielle qui contient beaucoup de gras et de sucre cachés. Prenez l’habitude de donner à boire à l’enfant régulièrement, afin d’atteindre les un litre et demi minimum par jour. Bannissez sodas et autres mauvaises habitudes, évitez d’en mettre dans votre chariot de la semaine, et expliquer à l’enfant la raison de votre comportement. Que la consommation de sodas ou de biscuits soit vraiment occasionnelle, et l’enfant va de lui-même s’habituer à d’autres goûts et autres saveurs de loin plus authentiques et plus nobles pour le palais !

Bougez bougez !

La première mesure à prendre avec ses enfants, afin de les préserver du fléau de l’obésité et de toutes les complications afférentes, et de les faire bouger ! L’exercice physique est un must, c’est en plus une activité très intéressante à faire en famille. Pourquoi ne pas programmer au moins un après midi par semaine, pour faire un sport quelconque en famille ? Que ce soit un sport collectif, comme le basket si cher aux américains, ou le foot, ou même simplement une balade à vélo, le but est de faire travailler ses muscles et ses différents organes. Quand on respire à une cadence élevée, le cœur se muscle, la circulation sanguine s’améliore, l’activité du foie est stimulée, et l’organisme stocke moins de graisses et de déchets en tout genre.

Obésité et risques santé

Les risques santé liés à l’obésité ne sont plus à démontrer. L’obésité c’est des risques de maladies cardiovasculaires, c’est le diabète (notamment de type 2) presque de façon inévitable, c’est aussi l’hypertension artérielle, et autres complications non négligeables. Sans parler de l’exclusion sociale et de la souffrance dont est victime un enfant obèse. Celui-là va développer toutes sortes de névroses et de dépressions, une timidité excessive ou même un tempérament excessif (cas des troubles bipolaires) à cause de l’image que lui renvoie l’autre. Il faut justement noter que les troubles du comportement alimentaire sont un cercle vicieux, la psyché influe grandement sur ce que nous mangeons, et nous mangeons en réponse à certains neurotransmetteurs qui vont nous orienter vers le choix de tel aliment et pas tel autre…

Des sujets qui vous intéressent