La Suisse se lance officiellement dans la transition énergétique

Le 21 mai dernier, à l’occasion d’un référendum, la Suisse a adopté une nouvelle loi sur l’énergie qui vise à remplacer le nucléaire par des énergies renouvelables. Cette loi a pour but de faire sortir la Confédération Helvétique du nucléaire d’ici 2050. Cela se fera par étapes avec une réduction graduée de la consommation jusqu’à l’échéance finale. Plus aucune centrale ne pourra être construite. Celles existantes continueront de fonctionner si la sécurité est garantie. Le nucléaire sera peu à peu remplacé par des énergies vertes comme l’hydraulique, le solaire, la géothermie ou encore la biomasse. Si le coût de cette transition fait grincer des dents, notamment dans les rangs de l’UDC (parti d’extrême droite), la Suisse s’apprête à vivre un vrai tournant écologique.

 

Le financement de la transition énergétique

C’est le point qui a agité les débats autour du projet de loi mené par Doris Leutard, l’actuelle présidente de la Confédération Suisse. Le prix du kilowattheure a été augmenté. Le supplément perçu par l’État sera reversé dans les subventionnements pour la production d’énergie renouvelable. Les personnes ou les entreprises mettant en place des installations de production d’énergies renouvelables pourront alors profiter de ses subventions. Si l’opposition et notamment l’UDC ont vivement critiqué cette mesure, accusant le gouvernement de toucher aux portefeuilles des suisses, cette mesure a globalement plutôt été bien accueillie.

 

Le citoyen au cœur du projet

Si théoriquement, la hausse de l’électricité est la seule contribution demandée aux citoyens, ils n’en restent pas moins des acteurs à part entière du processus de transition écologique. En effet, ceux-ci recevront des subventions et pourront consommer leur propre énergie s’ils mettent en place des installations à production écologique. Il faut comprendre ici panneaux solaires, installations hydroélectriques… On vise ici clairement les maisons écologiques. Il se pourrait donc qu’à l’avenir la Suisse voit fleurir ce type d’habitation, notamment car c’est assez bien vu par les établissements de prêts. Ces derniers, comme Moneypark, accordent des prêts à taux variable pour permettre la construction ou l’achat de maisons. La transition énergétique pourrait bien donner un nouvel élan au marché immobilier helvète.

 

La sortie du nucléaire, le point clef de la loi

La transition énergétique a surtout été présentée dans les médias comme la loi mettant fin au nucléaire. La Suisse compte quatre centrales nucléaires pour une production d’électricité qui représente environ 39 % de l’énergie électrique produite dans le pays. L’adoption de cette loi est donc un pas important pour la Suisse. Plusieurs votes ont eu lieu dans le passé, mais les helvètes ont constamment voté contre la sortie du nucléaire jusqu’à la catastrophe de Fukushima. Ce fût un tournant dans l’inconscient collectif suisse. Dès lors, les politiciens ont décidé de replacer l’écologie au cœur du débat pour parvenir aux résultats du vote du 21 mai.

 

La loi rentrera officiellement en vigueur le 1er janvier 2018 et va permettre à la Suisse d’opérer un virage écologique radical. Sortie du nucléaire, promotion des énergies vertes, tout en plaçant le citoyen au cœur du projet, une expérience qui pourra peut-être inciter les voisins européens…

Des sujets qui vous intéressent