Nettoyage du côlon, l’arme fatale contre les maladies chroniques

Les maladies chroniques sont multifactorielles : stress, alimentation, pollutions de l’air, de l’eau, pesticides, métaux lourds, etc. Mais il y a un facteur relativement invisible, celui de la santé du côlon…

Le côlon et les intestins, c’est la même chose ?

Quelque part, oui. Le côlon constitue la partie terminale du tube digestif et assure ainsi les phases ultimes de la digestion : absorption de l’eau et de certaines vitamines (B et K), maintien de l’équilibre hydrique, stockage et biotransformation des résidus alimentaires non assimilés lors de la digestion en amont, et enfin évacuation des déchets sous forme de selles.

Comment savoir si mon côlon est fatigué ?

Les signes sont connus mais passent inaperçus pour beaucoup de personnes. Elles pensent que c’est normal. Normal d’avoir des ballonnements, des gaz intestinaux ou des constipations à répétition. La santé du côlon est tout simplement primordiale dans la santé générale. C’est à ce niveau que presque tout se décide. Si l’évacuation des déchets n’a pas été faite à temps ou de manière appropriée, ces déchets deviennent des toxiques pour le corps. Ils retournent peu à peu dans le sang, à travers les parois intestinales, et c’est le début de la maladie, en interne.

La maladie chronique…

La maladie chronique est une maladie qui avance lentement mais sûrement. Elle est de ce fait souvent invisible, ce qui la rend d’autant plus dangereuse. C’est une maladie qui naît directement d’une saturation intérieure de déchets. Cette saturation handicape la machine du corps qui est théoriquement très performante et capable d’agir en toutes circonstances. Il est vrai que d’autres facteurs interviennent dans les maladies chroniques, la génétique, la pollution, les métaux lourds pour ce qui concerne les maladies neurodégénératives ; mais c’est l’état du corps qui conditionne en grande partie notre réponse à ces contraintes extérieures.

Ainsi, dans un même environnement, deux personnes vont être affectées différemment : l’une va développer une arthrose dès 35 ans, et l’autre aura une parfaite santé osseuse à 60 ans et plus. La différence ? L’état de la machine, l’état du côlon notamment.

Comment se nettoyer le côlon ?

Deux possibilités pour cela :

  • Première possibilité : en consommant des liquides ou des produits de nature à nettoyer les parois du côlon, exemple connu du sulfate de magnésium (environ 60g à diluer dans un litre d’eau et à consommer le long de la journée). Vous pouvez aussi avoir recours aux plantes nettoyantes qui font le ménage (naturellement) à l’intérieur du côlon. Ou encore aux multiples aliments détox à consommer de préférence dans le cadre d’un jeûne aux jus de fruits, afin d’optimiser le résultat.
  • Deuxième possibilité : vous réalisez un nettoyage du côlon dans un cabinet de spécialiste ou encore en acquérantle matériel chez vous. Compliquée en apparence, cette technique consiste simplement à introduire dans l’anus de l’eau tiède ou de l’eau mélangée à certains nettoyants naturels avec une sorte de tuyau adapté. Cette eau va faire le ménage à l’intérieur du côlon et ressortir. Il est utile de noter dans ce sens que cette pratique n’est pas du tout récente, elle était courante quelques centaines d’années avant notre ère, des manuscrits anciens témoignant de cela.

Quelques plantes pour vous aider

  • Le PSYLLIUM BLOND est reconnu pour ses vertus médicinales, il se comporte comme une éponge au contact desliquides, forme un gel doux, émollient et apaisant pour les muqueuses, absorbe les toxines et facilite l’évacuation des selles.
  • La CHLORELLA est une algue microscopique riche en chlorophylle. Elle a une action purifiante qui permet de piéger un grand nombre de toxines. Ses vertus détoxifiantes ont une action bénéfique sur le développement et l’équilibre de la flore intestinale.

Des sujets qui vous intéressent