Pour ou contre : boire l’eau du robinet

Pour ou contre : boire l'eau du robinet

Pour ou contre : boire l'eau du robinet

Entre, d’une part, les enquêtes effrayantes et les bilans alarmistes dressés dans les médias, et de l’autre, les rapports rassurants des pouvoirs publics, il est difficile de se faire une opinion précise à propos de l’eau du robinet en tant que boisson. Il est vrai que les arguments sont convaincants, aussi bien d’un côté que de l’autre.

Les défenseurs de l’eau du robinet : Une bonne qualité et économique …

Boire l’eau du robinet, une pratique qui a ses partisans. Ces derniers font notamment confiance au travail des pouvoirs publics, qui assurent un suivi sérieux et régulier à tous les niveaux des réseaux de distribution d’eau potable.
D’après le ministère de la Santé, celui de l’Ecologie et le Centre d’Information de l’Eau, 310.000 contrôles sont effectués chaque année en France. Ils visent à vérifier que l’eau réponde à des normes permettant à une personne d’en boire 2L par jour sans que cela n’ait de conséquences sur sa santé (même sur le long terme).
Il y aussi l’argument économique : boire 2L quotidiennement ne coûte pas plus de 3€ par an, alors que les dépenses annuelles en eau minérale (toujours à raison de 2L par jour) s’élèvent en moyenne à 300€.
D’un point de vue écologique, l’eau du robinet épargne à la nature les rejets de plastique des bouteilles et la pollution liée à leur transport.

Mais le principe de précaution est brandi par ses détracteurs

Dans l’autre camp, on se montre plus sceptique face aux différents communiqués émis par les ministères et les organismes d’Etat. Le principe de précaution reste de mise.
L’on sait, par exemple, que le traitement de l’eau se fait à l’aide de substances susceptibles d’être nocives si elles sont présentes dans certaines proportions. Les pesticides, les nitrates ou encore l’aluminium font partie des principaux agents incriminés.
On suspecte ce même aluminium de favoriser la maladie d’Alzheimer, tandis que les pesticides et les nitrates sont fréquemment désignés comme des éléments faisant augmenter les risques de cancers.
De plus, dans certaines régions, l’eau du robinet est plus calcaire que dans d’autres.
Pour finir, on reproche à l’eau courante son goût de javel, dû au chlore servant à éliminer les bactéries dans les canalisations.

 

Des sujets qui vous intéressent