Dépression infantile, ce qu’il faut savoir

Dépression infantile, ce qu’il faut savoir

Dépression infantile, ce qu’il faut savoir

Bien que souvent cachée derrière des troubles du comportement, la dépression est bel et bien existante et fréquente chez les enfants mais nettement moins que chez les adultes. Dès leur plus jeune âge, les enfants peuvent commencer à être surmenés et à montrer les symptômes de la dépression.  Plus tôt vous pouvez l’identifier plus tôt vous pourrez y remédier. La dépression infantile est souvent masquée ou confondue avec un caractère nerveux, colérique ou capricieux.

Comment la détecter ?

La dépression chez l’enfant peut se manifester de diverses manières ce qui complique son identification.

La tristesse durable, l’isolement, l’anxiété, les phobies, l’hyperactivité, l’irritabilité, ainsi que l’agressivité font partie des symptômes d’une dépression infantile.

Certains enfants vont moins s’amuser, moins jouer, moins manger, rester tout le temps collé au lit, ils vont être abattus et avoir fréquemment envie de pleurer. D’autres, à l’inverse, vont être hyperactifs, agités, très excités, nerveux voire agressifs.

D’autres symptômes peuvent également surgir soudainement chez un enfant dépressif : il peut par exemple rencontrer des problèmes à l’école, avoir du mal à s’endormir, faire des cauchemars ou se plaindre fréquemment d’avoir mal à la tête ou au ventre etc.

D’un autre coté, il est nécessaire de faire très attention à ce que disent les enfants car leurs mots sont explicites et peuvent révéler leur état en cas de dépression. Des mots comme «Je n’ai envie de rien », «  personne ne m’aime », «Je suis nul» – «Je suis méchant» « personne ne me comprends », «C’est de ma faute» – «c’est à cause de moi », «Je n’y arrive pas, c’est trop dur» peuvent traduire un sentiment de culpabilité, de dégoût, de malaise ou une perte de l’estime de soi .Ces mots ne doivent pas être pris à la légère surtout lorsqu’il se répètent de manière excessive et anormale (bien sûr il faut voir leur contexte) .

Comment y remédier ?

Parfois, le simple fait d’être remarqué et de voir sa famille s’occuper de lui et prendre en compte sa dépression, peut calmer l’enfant dépressif. Cependant, ce n’est malheureusement pas suffisant.

La première solution est de faire suivre régulièrement son enfant par un pédiatre. Le soutien des parents combinés avec les séances en compagnie du pédiatre   peuvent améliorer l’état de l’enfant.

De plus, il existe de nombreuses thérapies capables d’apaiser la dépression de l’enfant. Des antidépresseurs peuvent être également prescrits dans certains cas sérieux (c’est très rare à prescrire surtout pour les enfants de moins de 10 ans )

Le meilleur remède à la dépression d’un enfant reste d’abord et avant tout sa famille. Dans son cas, son premier besoin consiste à être écouté, soutenu et entouré par les gens qu’il aime, il a besoin de leur amour et de leur affection pour se rétablir ou du moins commencer à le faire. La famille doit donc épargner les problèmes personnels (couple, travail, argent…) à l’enfant car ce dernier est très dépendant de son environnement et il en sera certainement imprégné.

Le rôle des parents :

Les parents doivent toujours garder les yeux grands ouverts sur le comportement de leur enfant. En cas de dépression son état peut s’aggraver soudainement et rapidement, il aura ainsi très besoin du soutien et de l’attention de ses parents. Ils devront toujours le rassurer et lui dire qu’ils sont et qu’ils seront toujours là pour lui, ils devront également l’accompagner dans son quotidien et toujours avoir du temps pour l’écouter. Un enfant dépressif est un enfant fragile et vulnérable, il est donc très important de comprendre les causes, les symptômes ainsi que les impacts de sa dépression pour savoir comment s’y prendre et comment y remédier afin que cela n’ait des répercutions sur lui à l’adolescence ou à l’âge adulte.

 

Des sujets qui vous intéressent