Le chaume, un super isolant naturel

Le chaume, un super isolant naturel

Le chaume, un super isolant naturel

Le chaume est une couverture idéale et naturelle pour votre toiture. Ses tiges végétales en roseaux sont naturelles, isolantes, respirantes, donc totalement saines. Un toit de chaume est plein de qualité : La pluie ne fait pas de bruit en tombant sur les roseaux ce qui apporte un confort sonore, le chaume ne transmet pas la chaleur du soleil ce qui garantit une fraîcheur en été, et par son pouvoir isolant, le chaume garde la chaleur à l’intérieur de l’habitat en hiver. Aucun complément d’isolation n’est à prévoir !

Et ça dure !

50 ans est la durée de vie d’une couverture de toiture en chaume qui présente une bonne pente. Plus la pente est importante plus la longévité de l’isolation est grande. Les bottes de roseaux posées sur la pente d’une toiture de 45° ont une durée de vie d’environ 40 ans. Il faut tout de même prévoir un entretien trisannuel ou quinquennal à sa couverture en chaume afin d’éviter la pousse du lichen.

 Les toits de chaume : quel avantage ?

Légèreté de poids : une couverture isolante en chaume peut se faire sur une charpente légère car le chaume de roseaux pèse seulement 35 kg au mètre carré. Et légèreté financière : le coût supplémentaire du temps de pose est amorti par la suppression d’isolation supplémentaire, par l’absence d’achat de gouttière et par une charpente moins onéreuse.

Un style qui perdure

Ce style de couverture n’est pas réservé aux chaumières d’antan. A l’heure actuelle, sur des constructions neuves, ce revêtement est utilisé au même titre que d’autres types de matériaux de couverture. Il est soumis à des normes techniques très simples et se pose facilement. Le chaume est la plus ancienne couverture de toiture connue. Au début le chaume utilisé était en paille de seigle, souple et facile d’utilisation. Le seigle de moins en moins cultivé, a été au fil du temps, remplacé par les tiges de roseaux.

Avantages du chaume

L’étanchéité est totale. La couverture en chaume fait en moyenne 35 cm d’épaisseur et l’eau s’infiltre au maximum sur une épaisseur ne dépassant pas les 5 cm. Les tiges de roseaux mesurent deux mètres en moyenne et l’eau ne peut pénétrer que par capillarité sur les extrémités des tiges qui sont visibles. Contrairement aux idées reçues, le risque d’incendie n’est pas plus important que pour toute autre toiture. D’ailleurs il n’y a pas de surprime de risque de la part des assureurs, puisque une fois posé, le chaume devient compact et résiste naturellement à la prise au feu. La couverture en chaume assure une solidité face aux intempéries. Les bottes sont posées par couches successives et chaque couche est tenue par une barre. Vu la longueur des roseaux, chaque botte est donc maintenue par environ quatre points de serrage, ce qui même en cas de tempête offre une grande résistance à l’arrachement. Sur le fait du toit, on met de la terre et on plante des bulbes d’iris ou de lys pour assurer un meilleur drainage. De 12 à 13 heures, c’est le temps que met le chaume à restituer la chaleur emmagasinée, contre 6 heures pour une épaisseur de 20 centimètres de laine de verre. Les performances thermiques d’une toiture en chaume sont donc très importantes.

Des sujets qui vous intéressent